• FAIT DU BIEN A TON CORPS POUR QUE TON ÂME AIT ENVIE D'Y RESTER

LA BAVE D’ESCARGOT : LE SECRET DE BEAUTÉ DES MAPUCHES À VOTRE PORTÉE par Caroline Morel

Résultat de recherche d'images pour "escargot bave"(Photo/Gireaud.net-) Chez nous la bave d’escargot n’a eu aucun succès, aucune reine ne s’en est faite la championne, aucun médecin n’en a fait son dada. Quand on parle bave d’escargot on évoque plus la médecine des maléfices que les secrets de beauté. Chez nous, l’escargot est devenu plus noble dans les assiettes, il y est resté et nous avons perdu là un remède simple et qui intéresse maintenant au plus haut point les fabricants de cosmétiques.

Au Chili, en revanche, dans la Province d’Araucanie, les Mapuches vivent depuis des temps immémoriaux de l’élevage des escargots. Pourtant, leur production hélicicole (si, si, on dit comme ça !) n’est pas seulement destinée à être mangée, car, au Chili, on a compris depuis bien longtemps qu’il y a bien mieux à faire avec les petits gris que de les faire sauter avec de l’ail et du persil.

Les blessures guérissent à une rapidité stupéfiante

Tout a commencé dans la ferme hélicicole d’une famille mapuche, dont la production de chair d’escargot était exportée dans le monde, et particulièrement en France. Dans cette ferme, chaque jour, inévitablement, les ouvriers se blessaient en décoquillant les gastéropodes. Or, le fils de la famille qui étudiait la médecine dans les années 1980, s’est rendu compte que, contre toute attente, les mains blessées des ouvriers restaient très douces et surtout cicatrisaient très rapidement. Il a alors eu l’idée de faire analyser la bave de l’animal, qui s’est révélée être une association de composants aux propriétés phénoménales.

Pourquoi la bave d’escargot est-elle efficace ?

L’escargot a la capacité de se régénérer et de réparer lui-même ses blessures et sa coquille si elle est abîmée. C’est sa bave qui va être le ciment des réparations car c’est un cocktail de différents actifs aux effets prouvés.

  • Elle a des vertus cicatrisantes et régénérantes puissantes dues à une enzyme naturelle, l’allantoïne, qui est connue pour ses propriétés adoucissantes, apaisantes et anti-irritantes. Celle que l’on trouve dans la bave est particulièrement intéressante, car sa biodisponibilité est beaucoup plus élevée que celle des allantoïnes chimiques généralement utilisées dans les produits cosmétiques.
  • C’est un exfoliant qui gomme et nettoie la couche supérieure de l’épiderme grâce à l’acide glycolique. Ce dernier, qu’on retrouve dans les fameux « acides de fruits » à base de raisin ou de canne à sucre, casse les liaisons lipidiques qui maintiennent les cellules de peau morte ensemble.
  • Elle a des vertus rajeunissantes grâce au collagène, qui va apporter à la peau souplesse, élasticité et réduire la formation de rides et de ridules.
  • Elle va améliorer l’élasticité de la peau et empêcher son vieillissement prématuré, car elle contient de l’élastine.
  • Elle assure aussi l’hydratation et la cicatrisation de la peau grâce à la vitamine E et à la vitamine A.
  • Elle augmente la protection virale et bactérienne grâce à la vitamine C.
  • Elle détruit les agents pathogènes présents sur la surface de la peau, grâce aux antibiotiques naturels qu’elle contient. Ces antibiotiques sont d’ailleurs particulièrement efficaces sur l’acné.

Les chercheurs essaient la bave sur les grands brûlés

Au vu des composants très intéressants de la bave d’escargot, des essais cliniques ont été faits il y a une quinzaine d’années au Chili, sur des patients gravement brûlés ou ayant subi une greffe de peau. Ils concluent que 80% des personnes qui ont été traitées avec de la bave d’escargot ont obtenu des résultats remarquables. La texture de leur peau s’est améliorée et l’épaisseur des blessures s’est significativement réduite. Selon d’autres études (1), la thérapie à base de bave d’escargot est efficace sur les cicatrices, les greffes ou les brûlures. Elle est aussi indiquée pour des affections moins graves comme l’acné, les vergetures, ou les simples boutons.

Un must pour les Japonaises

Le soin à base de bave d’escargot est très apprécié en Asie depuis quelques années et son succès est grandissant. En Corée ou au Japon, les coquettes ne jurent plus que par ses vertus hydratantes, cicatrisantes et antirides. De plus, comme le côté légèrement abrasif du produit promeut un éclaircissement du teint et l’atténuation des taches brunes, la technique a été plébiscitée par les femmes. Des instituts très sérieux proposent dorénavant des séances durant lesquelles des gastéropodes vivants sont déposés sur le visage. Il suffit ensuite de les laisser ramper afin qu’ils déposent leur bave sur la peau. Après tout, c’est ce que les femmes mapuches du Chili faisaient traditionnellement pour rester belles et jeunes, alors pourquoi en priver les Japonaises ?

La technique mapuche pour obtenir une bave de bonne qualité

Si l’on en croit les Mapuches, la meilleure bave est celle produite par l’escargot lorsqu’il se sent en danger. Si on abîme sa coquille, ou qu’il est blessé, la qualité de sa bave ne sera pas la même que celle qu’il laisse derrière lui en se promenant dans les salades. Est-ce à dire qu’il faut torturer les pauvres animaux pour les stresser et leur extraire une bave de qualité ?

Certainement pas !

Les femmes mapuches aiment leurs escargots. Elles en prennent soin et ont appris à tirer d’eux la meilleure bave, sans les blesser. La technique est simple. Tout d’abord, elles déposent leurs escargots dans un peu d’eau tiède pour les détendre et qu’ils se sentent bien. Ensuite, munies d’une petite spatule de bois, elles viennent chatouiller la base du corps de l’escargot, souvent visible. Ce geste est fait avec douceur, mais stimule néanmoins le gastéropode. Celui-ci, sentant une agression extérieure, se met alors à produire la bave tant espérée, que les femmes mapuches récupèrent dans des bocaux de verre. Le produit obtenu est un peu gluant et légèrement coloré. Il est ensuite filtré, décanté et débarrassé de ses bactéries.

La bave est naturelle, mais le reste ?

On peut trouver le produit fini, pur, dans le commerce. Il n’est alors plus gluant, n’a aucune odeur et ressemble plutôt à de l’eau. Rien de dégoûtant, je vous rassure. Mais restez vigilants lorsque vous achetez un cosmétique à base de bave d’escargot. Ce n’est pas la bave qui pose problème, mais tous les autres ingrédients qui constituent la crème. Souvent, ces ingrédients ne sont pas naturels et contiennent des conservateurs. Alors, faites bien attention aux libellés, ne choisissez que du bio, et des produits qui n’ont pas été testés sur les animaux.

Toutes les baves ne se valent pas

Le marché de la bave d’escargot s’est en effet beaucoup développé grâce aux formidables résultats obtenus, et les consommateurs se trouvent aujourd’hui devant une offre très variée, mais inégale au niveau de la qualité. De plus, comme il n’y a pas de réglementation qui oblige les fabricants à indiquer la forme du principe actif, ni son taux de concentration, la Chine, mais aussi l’Europe, produisent des cosmétiques qui contiennent bien souvent une quantité infime de principe actif, rendant le produit peu efficace. Par ailleurs, les Chinois produisent souvent la bave en broyant l’escargot entier, avec sa coquille, une méthode grossière et industrielle qui ne garantit aucune qualité ni pureté. Car finalement, bien à rebours de considérations strictement productivistes, la meilleure base pour cosmétique est obtenue par l’introduction du principe actif sous forme pure et naturelle, en quantité importante, comme le font les Chiliens. Après tout, c’est chez eux que sont nés les premiers cosmétiques à base de bave d’escargot.

Si vous avez envie d’essayer de fabriquer votre bave dans votre cuisine, suivez simplement la recette des Mapuches que je vous ai indiquée plus haut. Seul bémol, vous récolterez le produit pur, qui ne pourra être stérilisé, ni filtré dans les règles de l’art. Pour ma part, je me laisserais facilement tenter par le produit cru, non raffiné en quelque sorte, que j’étalerais sur mon visage pour m’en faire un masque (en testant toutefois sur ma main auparavant, comme je le ferais pour tout produit cosmétique que j’essaie pour la première fois). Cela ne vous semble peut-être pas très ragoûtant, mais on ne pourra pas faire mieux en termes de traçabilité et de circuit court, et en l’occurrence, la fin ne justifie-t-elle pas les moyens ?

Si vous n’avez pas le cœur assez bien accroché pour ce face à face gastéropodique, quelques marques françaises proposent des produits tout prêts de qualité, avec un label bio et dans le respect de l’animal pour la récolte de la bave. Parmi celles qui existent, vous pouvez notamment tester celles de Royer cosmétique, dont l’élevage est en Vendée, ou la large gamme de cosmétiques de Mlle Agathe, un des leaders du secteur, dont les gros gris vivent en plein air sur un lit de radis, de trèfles et lauriers. Pour ceux qui ont prévu de se rendre au salon international de l’agriculture de Paris (25 février au 5 mars), vous pourrez d’ailleurs tester sur leur stand (stand E27, Hall 2-3) pendant 15 minutes la ballade d’escargots vivants sur votre visage… Si vous le faites, pensez à nous envoyer vos photos !

(1) « The efficacy of Helix aspersa Müller extract in the healing of partial thickness burns: A novel treatment for open burn management protocols », Journal of Dermatological Treatment, vol 20, 2009.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.